Une œuvre magnifique, réalisée en Italie,
pour aider les pèlerins à se rapprocher de l’expérience d’Elisabeth
en parcourant les principaux événements de sa vie

Livret explicatif de la châssePhotos : © Marie-Dominique Trapet et Carmel de Flavignerot
Possibilité d'acheter un livret explicatif au prix de 2 € 50,
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

  • La châsse contenant les reliques de Sainte Elisabeth, exposée dans la chapelle du Carmel avant son installation à l’église Saint-Michel
    La châsse contenant les reliques de Sainte Elisabeth, exposée dans la chapelle du Carmel avant son installation à l’église Saint-Michel
  • Comme une demeure, « Elisabeth, maison de Dieu » et douze panneaux pour évoquer son chemin de vie
    Comme une demeure, « Elisabeth, maison de Dieu » et douze panneaux pour évoquer son chemin de vie
  • Douze colonnes de verre indiquent que toute sa vie a été traversée par la lumière, transparence à la présence de Dieu en elle
    Douze colonnes de verre indiquent que toute sa vie a été traversée par la lumière, transparence à la présence de Dieu en elle
  • Le couvercle à facettes sur lequel plane une colombe, l’Esprit, qui, par ses rayons, embrasse l’existence entière d’Elisabeth et rend possible sa mission
    Le couvercle à facettes sur lequel plane une colombe, l’Esprit, qui, par ses rayons, embrasse l’existence entière d’Elisabeth et rend possible sa mission
  • La colombe rappelle aussi la Pentecôte : « Esprit d’amour, survenez-en moi afin qu’il se fasse en mon âme comme une incarnation du Verbe »
    La colombe rappelle aussi la Pentecôte : « Esprit d’amour, survenez-en moi afin qu’il se fasse en mon âme comme une incarnation du Verbe »
  • Le reliquaire, cœur de la châsse, avec le symbole du Carmel : les pauvres restes d’Elisabeth, maintenant pur reflet de la Trinité, diffusent sa lumière
    Le reliquaire, cœur de la châsse, avec le symbole du Carmel : les pauvres restes d’Elisabeth, maintenant pur reflet de la Trinité, diffusent sa lumière
  • Baptême, 22 juillet 1880 : Marie Rolland tient sa fille dans ses bras, avec le capitaine Catez et des amis, devant la chapelle du camp militaire d’Avor
    Baptême, 22 juillet 1880 : Marie Rolland tient sa fille dans ses bras, avec le capitaine Catez et des amis, devant la chapelle du camp militaire d’Avor
  • 1882 : Elisabeth trépigne devant la crèche, car elle reconnaît sa poupée déguisée en enfant Jésus, « Méchant cuyé, rends-moi ma Jeannette ! »
    1882 : Elisabeth trépigne devant la crèche, car elle reconnaît sa poupée déguisée en enfant Jésus, « Méchant cuyé, rends-moi ma Jeannette ! »
  • Mort de son père, 2 octobre 1887 : bouleversement profond dans la vie d’Elisabeth qui recueille son dernier soupir en le tenant dans ses bras
    Mort de son père, 2 octobre 1887 : bouleversement profond dans la vie d’Elisabeth qui recueille son dernier soupir en le tenant dans ses bras
  • Eté 1888 : Elisabeth murmure à l’oreille du chanoine Angles son grand désir d’être religieuse. Les enfants jouent dans le cloître mais la maman est stupéfaite
    Eté 1888 : Elisabeth murmure à l’oreille du chanoine Angles son grand désir d’être religieuse. Les enfants jouent dans le cloître mais la maman est stupéfaite
  • Première communion, 19 avril 1891 : devant l’église Saint-Michel de Dijon, « Je n’ai pas faim, Jésus m’a nourrie »
    Première communion, 19 avril 1891 : devant l’église Saint-Michel de Dijon, « Je n’ai pas faim, Jésus m’a nourrie »
  • 1893, soirée dansante après le Premier Prix du Conservatoire : Elisabeth fait danser ses amis en les accompagnant au piano
    1893, soirée dansante après le Premier Prix du Conservatoire : Elisabeth fait danser ses amis en les accompagnant au piano
  • Pique-nique en montagne : Elisabeth aime les grands horizons et entretient beaucoup d’amitiés
    Pique-nique en montagne : Elisabeth aime les grands horizons et entretient beaucoup d’amitiés
  • Entrée au carmel, 2 août 1901 : à la porte de clôture, Elisabeth fait ses adieux à sa maman et sa sœur
    Entrée au carmel, 2 août 1901 : à la porte de clôture, Elisabeth fait ses adieux à sa maman et sa sœur
  • Elisabeth à l’oraison silencieuse, entourée de ses sœurs : « l’essence de la vie du Carmel »
    Elisabeth à l’oraison silencieuse, entourée de ses sœurs : « l’essence de la vie du Carmel »
  • Au parloir, Elisabeth reçoit sa sœur Guite et son fiancé Georges. Elle leur transmet sa doctrine de l’habitation de la Trinité dans le ciel de notre âme
    Au parloir, Elisabeth reçoit sa sœur Guite et son fiancé Georges. Elle leur transmet sa doctrine de l’habitation de la Trinité dans le ciel de notre âme
  • 21 novembre 1904 : le soir, dans sa cellule, Elisabeth écrit sa célèbre prière « O mon Dieu, Trinité que j’adore » comme une offrande à l’amour
    21 novembre 1904 : le soir, dans sa cellule, Elisabeth écrit sa célèbre prière « O mon Dieu, Trinité que j’adore » comme une offrande à l’amour
  • novembre 1906 : après une maladie de neuf mois, Elisabeth rend son dernier soupir entourée de ses sœurs, tenant entre ses mains son crucifix de profession
    novembre 1906 : après une maladie de neuf mois, Elisabeth rend son dernier soupir entourée de ses sœurs, tenant entre ses mains son crucifix de profession
  • « Au ciel, ma mission sera d’attirer les âmes en les aidant à sortir d’elles pour adhérer à Dieu par un mouvement tout simple et tout amoureux… »
    « Au ciel, ma mission sera d’attirer les âmes en les aidant à sortir d’elles pour adhérer à Dieu par un mouvement tout simple et tout amoureux… »